Marcel Arickx: le cholestérol n’est pas responsable des maladies cardiovasculaires

  

Cholestérol ou graisses hydrogénées,

qui est le vrai coupable ?   

                     51wl0u0wmlss5002.jpg 

De Marcel ARICKX   Editions Marco Pietteur. 2008   

En provenance de http://www.santeglobale.info/tal/Cholesterol-ami-ou-ennemi.html   

L’auteur est un brillant biochimiste qui a travaillé pendant 37 ans chez GlaxoSmithKline, une multinationale pharmaceutique. Il a du étouffer sa pensée pendant de nombreuses années mais, parvenu à l’âge de la retraite, il parle enfin ! Pour lui, depuis un demi-siècle on livre une guerre acharnée au cholestérol sous prétexte qu’il serait l’agent responsable des maladies cardiovasculaires et d’autres pathologies du monde moderne.   

Or cette théorie ne repose sur aucune preuve scientifique valable mais sur une idéologie dictée par des intérêts économiques, celle de la vente de médicaments censés faire baisser le taux de cholestérol dans le sang. Le cholestérol est une substance indispensable pour la fabrication d’hormones, d’antioxydants et de sels biliaires. Un taux de cholestérol sanguin élevé n’est pas du tout un signe de pathologie, affirme l’auteur et on s’est totalement trompé de cible en attribuant au cholestérol les maladies cardiovasculaires.   

  Avec la précision d’un grand scientifique et une vision complète de toutes les études qui ont été faites, l’auteur montre que la cause de l’augmentation de nombreuses maladies dans les pays riches n’est pas le cholestérol mais l’introduction de plus en plus grande de graisses hydrogénées dans l’alimentation moderne. Avant la fin du dix-neuvième siècle, l’artériosclérose était inconnue ou presque.

Depuis 1870, par le remplacement du beurre et des graisses naturelles par la transformations des huiles végétales naturelles et multimillénaires, on a complètement bouleversé notre système gastro-intestinal.     Des milliers de molécules inconnues ont pu pénétrer en toute impunité dans le système circulatoire, sang et lymphe, provoquant des dizaines de maladies nouvelles pour notre espèce. Ce sont les graisses hydrogénées (appelées aussi graisses isomérisées ou graisses « trans ») qui, en étant de plus en plus nombreuses dans les aliments industriels, sont la cause de l’augmentation dramatique des dépôts graisseux qui bouchent les artères des habitants des pays riches.     

L’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité ; les maladies auto-immunes, les dégénérescences maculaires de l’œil et aussi les maladies nerveuses dégénératives comme la maladie d’Alzheimer sont dues à ces graisses isomérisées qui sont totalement artificielles et que le corps n’arrive pas à métaboliser. Il les stocke donc dans les tissus graisseux ou dans le cerveau où elles dérèglent les fonctions nerveuses naturelles, notamment la sensation de satiété, ce qui entraîne une grave boulimie. L’obésité, qui ravage les pays industrialisés (45% des Américains du Nord sont en surpoids !) est, pour l’auteur, avant tout due aux graisses hydrogénées.   

Arickx montre, avec de nombreuses études à l’appui, qu’il n’y a aucune corrélation entre le taux de cholestérol sanguin et la survenue d’accidents cardiovasculaires. 

Des millions de gens ont été traumatisés par des valeurs soi-disant élevées de cholestérol et on leur a prescrit à vie des médicaments pour faire baisser ce taux. N’est-ce pas hallucinant ? Cela représente des milliards d’euros pour les fabricants mais les effets secondaires n’ont pas épargné les consommateurs de ces drogues licites.    

William Reymond montre (dans son livre Toxic) que plus de 100.000 américains meurent chaque année (ce qui représente plus d’un million de personnes dans les douze dernières années !) à cause des huiles et graisses hydrogénées qu’on trouve dans beaucoup d’aliments industriels, « Ces aliments artificiels tuent bien plus qu’aucun terroriste ne fera jamais.

L’argent constitue le nerf de la guerre. Et le sale petit secret que l’industrie agroalimentaire ne veut pas partager est que les huiles partiellement hydrogénées permettent de faire des économies. En 2006 Mac Donald gérait plus de 31.000 restaurants. Les graisses hydrogénées assurent une économie de 19.000 dollars par établissement soit 589 millions de dollars annuels. Alors, la santé des consommateurs … »  

Quel monde étonnant ! Si vous tuez votre belle-mère avec de l’arsenic, vous irez en prison jusqu’à la fin de vos jours. Mais si vous empoisonnez des millions de gens avec des aliments industriels toxiques, personne ne vous en tiendra grief !   

Dans sa préface au livre de Marcel Arickx, le docteur Georges Mouton déclare : « J’ai compris il y a bien longtemps que ce dogme (le mythe du cholestérol tueur) reposait avant tout sur un marché économique gigantesque, celui des médicaments hypolipémiants en général et celui des statines en particulier.  Il est toujours triste de constater que la médecine d’aujourd’hui constitue davantage une colossale entreprise commerciale bien avant de se préoccuper de la santé des gens. »   

Arickx montre que 6 millions de Français et 25 millions d’Américains adultes consomment chaque jour des médicaments pour faire baisser leur taux de cholestérol… 

Il écrit : » Il est difficile d’aller contre l’armada médiatique qui conditionne les esprits, lave et formate les cerveaux tout en assouplissant les critiques pour rendre acceptables des idées, des dogmes, des théories jamais vérifiées qu’un examen attentif pourrait rejeter immédiatement et sans concessions.   Ce que je souhaite, c’est montrer qu’en faisant la guerre au cholestérol on se trompe de cible, on fait la guerre contre soi-même et surtout on se détourne des vrais coupables contre lesquels nous devons nous protéger parce qu’ils vont provoquer des dizaines de maladies. Ces coupables sont les huiles et graisses hydrogénées. »     Une étude publiée par Le New York Time en janvier 2008 sous le titre « Cholesterol Drug Bomb » révèle l’étude faite par le professeur Kastelein d’Amsterdam qui prouvent une fois de plus qu’il n’existe aucun rapport entre la baisse du cholestérol et les risques d’infarctus du myocarde alors que des millions de gens à travers le monde prennent des médicaments anticholestérol en croyant réduire les risques !      

Or non seulement ces médicaments ne protègent pas, mais, chez les patients pris dans cette étude, les dépôts de la région cardiaque se sont développés deux fois plus vite que chez les patients du groupe de contrôle. Il a fallu deux ans pour que cette étude, entreprise au départ pour des sociétés fabricantes de médicaments anticholestérol soit enfin publiée…        
 



 
 Morceaux choisis du livre de Marcel Arickx:

P.121 : Le cholestérol est une substance réparatrice de notre corps qui est synthétisée en grande quantité lorsque nos artères sont irritées ou affaiblies, voire enflammées  Mettre les maladies cardiaques sur le dos du taux élevé de cholestérol dans le sang équivaudrait à accuser les pompiers, venus combattre un incendie, d’avoir mis le feu.

Le cholestérol est nécessaire à un fonctionnement convenable des récepteurs de la sérotonine. La sérotonine est la molécule qui donne la sensation de bien-être. C’est la raison pour laquelle des teneurs basses en cholestérol ont été associées à un comportement agressif, à la dépression et aux tendances suicidaires  

P.125 : Contrairement à ce qu’on dit depuis un bon bout de temps et qu’on continue à dire, le cholestérol alimentaire n’a qu’un faible impact, voire nul, sur le cholestérol sanguin    ( ndlr : le cholestérol alimentaire fournit – selon les individus – entre 0 et 25% du cholestérol sanguin. Autrement dit chez certaines personnes, le rôle du cholestérol alimentaire dans le cholestérol final peut être quasiment nul ).  

P.129 :   Le cholestérol est donc un composant essentiel et incontournable de notre organisme et sa carence nuit au fonctionnement harmonieux de toutes nos cellules    

Correspondance entre explosion des maladies cardiovasculaires et changement dans notre alimentation :  

P.142 : Dès 1950 la maladie coronarienne est devenue la  première cause de mortalité dans les pays industrialisés, provoquant 30% de tous les décès  L’infarctus du myocarde était pratiquement inconnu au début du 20ème siècle... 

En 1960 on comptait des centaines de milliers de morts chaque année dus à un IDM.  Quelles étaient donc les modifications des habitudes alimentaires qui avaient pu provoquer cette augmentation ? (Mary Enig).    Sollicité pour apporter son soutien au ‘régime de prudence’ le docteur White répondit : « Voyez-vous, j’ai commencé ma carrière comme cardiologue en 1921 et je n’ai pas vu un seul infarctus du myocarde jusqu’en 1928. »   

De nombreux résultats contraires à la thèse lipides-cholestérol furent soigneusement cachés au public et aux médecins. Il a fallu attendre 10 ans pour qu’enfin fussent publiés en 1992 (Thomas Moore), sans tambour ni trompette, les résultats réels des recherches effectuées à Framingham, Massachusetts, dans Archives of Internal Medicine, une publication au tirage confidentiel  

Une autre étude menée par le NHLBI ( National Heart Lung & Blood Institute ) a été de rechercher chez 362.000 hommes, la relation entre la teneur en cholestérol du sérum et les accidents cardiaques…  L’un des résultats les plus inattendus de cette étude – que les médias ne révélèrent pas – fut que la mortalité due à toutes les autres causes, cancers, maladies cardiaques, infectieuses, accidents, maladies des reins, fut significativement plus élevée chez les sujets dont la teneur en cholestérol était inférieure à 1.6 g. par litre   P.148 :   … pendant la période de l’augmentation rapide des maladies cardiaques – 1920-1960 – aux Etats-Unis, la consommation de graisses animales a légèrement diminué, mais la consommation des graisses végétales partiellement hydrogénées a augmenté considérablement  

P151 - notons également que : 

la majorité des médicaments anti-cholestérol sont dangereux pour notre santé et peuvent raccourcir notre existence et non l’améliorer ou la prolonger ! 

  • les personnes dont le taux de cholestérol est faible font autant de plaques athéromateuses que celles qui ont un taux élevé 
  • les personnes âgées de plus de 60 ans qui ont un taux élevé en cholestérol vivent plus longtemps que celles qui ont un taux bas ! 
  • une carence en cholestérol provoque une fatigue physique et psychique accompagnée de tendances dépressives et de tristesse 
  • tous ces arguments ont été présentés dans la presse scientifique et dans des livres depuis des décennies mais les défenseurs de la théorie lipidique des crises cardiaques ne les ont jamais laissé venir jusqu’aux médecins et au public ! 

 Les effets des statines : 

P.154 :  Les statines bloquent à la fois la synthèse endogène du cholestérol et celle de la CoQ10 *          

(*) Ndlr - le cardiologue Peter Langsjoen à propos du manque en Coenzyme Q10 provoqué par les statines témoigne : « Jamais auparavant dans l’histoire, les professions de santé n’ont sciemment provoqué un déficit en éléments nutritifs mettant en danger la vie de millions de personnes en bonne santé, simplement en restant les bras croisés avec arrogance et en attendant de voir ce qui va se passer ».   Les preuves scientifiques ont confirmé les conséquences néfastes sur le cœur, et les muscles en général, d’une carence en CoQ10 chez l’homme   

La prise de statines est donc doublement inquiétante. Elle réduit tout bonnement nos taux sanguins de deux molécules essentielles à notre fonctionnement biologique. 

P.223 : les atteintes peuvent être directes et survenir lorsque certains facteurs agressifs pour nos parois artérielles interviennent, séparément ou conjointement : consommation exagérée de..  sucre, de graisses partiellement hydrogénées…     

P.225 – Rôle de la nutrition :    

il est admis que le nutrition soit impliquée à toutes les étapes de l’athérosclérose, de la thrombose et des autres pathologies impliquant une détérioration des parois artérielles.   A la fin du 19ème siècle l’athérosclérose était inconnue ou presque. Qu’à-t-on bien pu changer à notre alimentation depuis lors ? 

L’alimentation n’a modifié ni les protéines, ni les glucides.  Seules les huiles et les graisses ont été altérées (je devrais dire: massacrées) par les procédés industriels modernes.     

P.226 – La théorie lipidique :    

L’hypothèse lipidique est la théorie dominante quant à la pathologie de l’athérosclérose depuis 50 ans. Cette théorie consiste à faire endosser la responsabilité de l’athérosclérose – et donc du risque cardiovasculaire – aux graisses saturées et au cholestérol   Pour apporter la preuve qu’il y a une relation de cause à effet entre le cholestérol et la teneur en LDL du plasma d’autre part, et l’athérosclérose d’autre part, il faudrait établir qu’il y aune forte corrélation entre ceux-là et la sévérité des lésions retrouvées à l’autopsie

Des renseignements obtenus dans des services spécialisés en pontages cardiaques au sein des hôpi-taux universitaires belges, il ressort que l’athérosclérose des pontés du cœur n’a rien à voir avec leur taux de cholestérol sérique. Donc pas de relation entre cholestérol et athérome coronarien

 Malgré les améliorations récentes des techniques et des enquêtes approfondies, il nous faut accepter que les données les plus récentes ne montrent pas de relation entre le cholestérol total du sérum ou les LDL et l’athérosclérose    W.E. Stehbens en 1994 déjà, disait : « J’ai passé ma vie comme pathologiste spécialiste de l’athérosclérose, et j’en arrive à la conclusion que l’hypothèse lipidique est non seulement inappropriée, mais qu’elle est aussi une idiotie ».    P.228 – mais alors que se passe-t-il vraiment dans nos artères ?   

Les études expérimentales les plus récentes…  permettent d’affirmer aujourd’hui que l’athérosclérose est une maladie inflammatoire chronique des artères…      P.262 – les anti-inflammatoires :    

Les anti-inflammatoires entravent les processus de réparation de l’organisme…  Plutôt que de prendre des anti-inflammatoires, il serait judicieux d’éviter les causes de l’inflammation et notamment les acides gras « trans ».   

P.280 :  La vérité, nous la connaissons maintenant, c’est que le cholestérol est notre meilleur ami… En définitif le cholestérol est une molécule qui permet les réparations nécessaires à nos organismes. Ainsi, quand nos artères présentent des lésions ou des brèches, c’est lui qui est utilisé pour réparer les dommages…   

En résumé quand le sang présente une teneur élevée en cholestérol, c’est que notre organisme en a besoin en quantités importantes pour assurer ces tâches.     Conclusion / nourriture :    

P.300  …un point commun et de taille [ concernant les populations de centenaires esquimaux, massaï, crétois, d’Okinawa, de Floride, du paradoxe français... ] ces groupes humains semblent avoir tous conservé une alimentation ancestrale naturelle, et exempte de graisses hydrogénées.     Les études :   

Qui finance les études sur le rôle du cholestérol et des acides gras saturés dans les pathologies cardiovasculaires ? 

  • Ressort-il des études une corrélation entre cholestérolémie élevée et accidents cardiovasculaires ? 
  • Les études dans lesquelles un anticholestérolémiant était administré ont-elles permis une amélioration de la survie des participants ? *

 (*) ndlr : en effet il y a une amélioration en  « valeur relative », mais lorsqu’on se penche sur les chiffres, on se rend compte que le résultat net est insignifiant : d’autres mesures – comme une supplémentation en oméga3 ou l’application du régime méditerranéen – obtiennent des bénéfices très nettement supérieurs et sans aucun effet délétère !  Les médicaments anti-cholestérol n’ont donc pas le moindre intérêt, hormis celui du très juteux « cholesterol business »…  

  le Dr George Mann considérait que l’hypothèse lipidique était la plus grande arnaque de l’ histoire de la médecine. Cette arnaque a été utilisée pour convaincre des millions de gens en bonne santé, qu’elles étaient en fait malades et devaient absorber des médicaments coûteux, porteurs de graves effets secondaires   

http://www.people.com/people/archive/article/0,,20072775,00.html     

 Conclusions :    

P.336 : .. on peut avoir un taux élevé de cholestérol et de graisses et avoir des artères exemptes de tout dépôt athéromateux. On peut aussi avoir des taux très bas de cholestérol et de graisses et être atteint d’une athérosclérose létale    (*)  ndlr: autrement dit ce n’est nullement la diminution du taux de cholestérol sanguin – contrairement à ce qu’on nous promet – qui garantit la baisse de l’athérosclérose ! Ce que confirment les études (voir plus bas   

Renseignement pris auprès des services de pontage cardiaque, il n’y a aucun lien positif entre les taux de cholestérol relevés et l’urgence des pontages cardiaques.  là non plus il n’y a aucun lien positif entre le taux de cholestérol et l’état des coronaires    

N’est-il pas logique que lorsque la production d’hormones diminue avec l’âge, l’unique précurseur ou prohormone qu’est le cholestérol augmente sa production.  C’est probablement trop vraisemblable, trop logique.

P.338 : une étude de 2006 (American Journal of Cardiology) a montré qu’après un an d’hypocho-lestérolémiants, le taux de cholestérol avait effectivement baissé, mais que dans le même temps la plaque d’athérome avait augmenté de 9,2% !    

La maladie s’installe de plus en plus alors que le taux de cholestérol diminue, avec comme inconvénient supplémentaire une diminution d’hormones dynamisantes comme la testostérone, la DHEA, la progestérone, la vitamine D, l’ubiquinone Q10… 

P.339: Il devient de plus en plus évident que l’infarctus et l’athérosclérose sont provoqués par des inflammations des artères, induites par une réaction immunitaire suscitée par la consommation de graisses alimentaires « trans »…     En effet on sait qu’en dessous d’un seuil de 1.8g./ litre en cholestérol, on risque la dépression et d’autres troubles psychiatriques*      (*) ndlr : or après un infarctus, les objectifs sont d’atteindre, en France et ailleurs, le taux de 1.g./ litre de LDL !    

Si l’on trouve beaucoup de cholestérol dans le plasma , c’est que beaucoup de cellules en demandentP.343 : 50 ans après la mise en place des premières mesures destinées à prévenir les maladies cardiovasculaires aux Etats-Unis, on peut qualifier la situation de catastrophique 

Publié dans : Non classé |le 15 avril, 2008 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vivre sa vie |
I M C MOSELLE - Mieux vivr... |
Idealwellness |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | espaceusagers77400
| tous contre la pollution ca...
| Kinésiologie - Gestion du s...